Le Patriarche Nicolas 1er

Le plus grand commandement (17e dim. ap. Pentecôte du rite occ.)

Ép : Eph 4, 1-6 ; Év : Mt 22, 34-46.

[…] Quel est le but de l’homme, son bonheur, sa vie, le sens de son existence ? Dieu. Sinon, nous sommes pires que les bêtes, les plantes, qui louent Dieu à leur manière, avec toute la création. La chute de l’homme vient de ce qu’il a oublié sa vocation : Dieu.

[…] Aime ton Dieu, aime ton prochain, c’est la base de tout.

Et maintenant, je vous demande une chose : scrutez le mystère de notre salut, scrutez la pensée divine, ne vous arrêtez pas au fils de David qui est aussi Fils de Dieu.

[…] si le Christ est Dieu devenu homme, si le Seigneur est assis à la droite du Seigneur, à la droite du Père et qu’il est devenu homme, la vocation de l’homme est de s’unir à Dieu. Comprenez, confessez : Je suis Dieu devenu homme, pour que l’homme devienne Dieu. Il est curieux que la prétention de l’humanité est de s’exalter ; au fond, c’est une chute, car l’homme oublie, au fond de son humanité, qu’il est appelé à quelque chose de plus grand peut-être et, que être homme, c’est chercher, aimer Dieu. C’est celui qui cherche, qui aime de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit, qui gémit avec toute la création dans l’attente de la liberté des enfants de Dieu et qui dit ces paroles de l’apôtre Paul sur la charité sur terre. Soyons homme ; cherchons Dieu ! Tout serait résolu, mes amis, si chacun de nous ne désirait qu’une seule chose, une seule, la seule valeur absolue : aimer Dieu ; et après : aimer son prochain comme soi-même, c’est-à-dire comme son âme, comme l’homme aime Dieu, son Seigneur, de toute son âme, de toutes ses forces.

Ce sont ces réflexions les plus simples, les plus directes que je voulais vous communiquer aujourd’hui.

Amen.

** D’après la transcription d’un enregistrement audio – Homélie du 21 septembre 1969 **

error: Content is protected !!
Menu
Aller à la barre d’outils